Vous avez le pouvoir

Sauvons la gare d’Uccle-Calevoet !

Non à la Fermeture du Bois!

Retrouvez-moi sur Facebook

Revue de presse

Recherche

defi

« Bruxelles n'a pas besoin d'un Ministre anonyme de l'emploi ! »

Communiqué de presse 

CV anonyme : « Bruxelles n'a pas besoin d'un Ministre anonyme de l'emploi ! », constate Emmanuel De Bock

debock2012En 2010, le Ministre Benoît CEREXHE annonçait le lancement d'un projet pilote de CV anonyme en Région bruxelloise fondant tous les espoirs du Gouvernement sur la lutte à la discrimination à l'embauche. Aujourd'hui, de l'aveu même du Ministre Cerexhe en partance, « le CV anonyme n'est pas la panacée, les résultats n'étant pas concluants ».
On ne peut que regretter le temps perdu dans des projets pilotes. où d'apparentes bonnes idées ne sont même pas mises en pratique par les Ministres et organismes publics qui dépendent de leurs autorités directes (ACTIRIS, SRIB, Bruxelles Export etc.).

Pour le député FDF Emmanuel De Bock, il faut sortir de l'anonymat les chômeurs bruxellois  victimes tous les jours de discriminations multiples à l'embauche. Ces discriminations sont linguistiques, ethniques, sexuelles.

Comment vouloir travailler avec des entreprises privées sur base d'un CV anonyme quand l'Administration et le Ministre ne montrent même pas l'exemple ? Pourquoi ce qui est possible au SELOR fédéral est impossible à Bruxelles ? Comment croire les intentions du Ministre quand on sait qu'il a recasé son chef de cabinet à la tête de l'administration régionale bruxelloise (gageons que pour postuler à ce poste, il n'a pas dû rédiger un CV anonyme) ? Comment faire encore confiance en ce gouvernement lorsque, pour contourner le Conseil d'Etat qui a cassé la nomination politique, il a modifié la loi ?

Après le C4 adressé au secrétaire d'Etat Emir Kir, le Ministre Cerexhe vient de donner son préavis. Les responsables de l'emploi et de la formation ont donc décidé de quitter le Gouvernement en laissant derrière eux un chantier gigantesque. Au mieux, c'est un échec. Au pire, de la lâcheté. Dans ce contexte, on commence à comprendre pourquoi même Charles Picqué, en partance lui aussi, n'a pas envie d'assumer le bilan catastrophique de l'Olivier qui a placé Bruxelles en tête du peloton des Régions au plus haut taux de chômage.