Vous avez le pouvoir

Sauvons la gare d’Uccle-Calevoet !

Non à la Fermeture du Bois!

Retrouvez-moi sur Facebook

Revue de presse

Recherche

defi

Mais où sont passés les chômeurs complets indemnisés ? Pour moitié… au CPAS

Face aux communiqués lénifiants du Fédéral sur la baisse du nombre de chômeurs, le député et chef de groupe DéFI au Parlement bruxellois Emmanuel De Bock relève, après avoir étudié les statistiques du SPF Intégration Sociale,  que près de la moitié des gens qui ont quitté le chômage se retrouvent en fait... au CPAS, et donc à charge désormais aussi des communes.

 

S’il est indéniable que certaines personnes ont quitté le chômage pour retrouver le chemin du travail, il est tout aussi indéniable que les autres ont vu leur situation se détériorer et sont désormais à charge des CPAS des communes. Alors qu'entre 2014 et 2017, la population belge a connu une croissance de +1,1%, le nombre de bénéficiaires du Revenu d'Intégration Sociale a connu une croissance de +38% soit plus de 38.500 personnes.

Ce petit tour de passe-passe a permis au Fédéral de faire des économies très importantes sur le dos des communes qui devront désormais financer entre 30 et 40% de cette nouvelle pauvreté. Les impôts communaux risquent donc d'augmenter après les élections communales à cause du report des mesures fédérales sur les communes.

Bruxelles est la plus touchée par cette croissance de la pauvreté.

A l'échelle du pays, entre 2014 et 2017, sur 1.000 personnes, ce sont 13 personnes de plus qui se retrouvent au CPAS dont 6 rien qu’à Bruxelles...

Au total, près de 60% des personnes bénéficiant du RIS habitent Bruxelles, alors que la population bruxelloise ne représente que 10% de la population belge tandis que 30% résident en Wallonie et 10% en Flandre.