Vous avez le pouvoir

Sauvons la gare d’Uccle-Calevoet !

Non à la Fermeture du Bois!

Retrouvez-moi sur Facebook

Revue de presse

Recherche

defi

Lettre de motivation : S’engager pour Bruxelles

Lettre  de  motivation  :  S’engager  pour  Bruxelles


J’ai  38  ans,  je  me  suis  engagé  à  17  ans  lorsqu’Antoinette  Spaak  et  Jean  Gol  ont  voulu  offrir  aux  
Francophones  de  ce  pays  une  patrie  à  aimer,  un  projet  rassemblant  Wallons  et  Bruxellois. 

manu2011J’ai  milité  depuis  mes  études,  créé  un  cercle  FDF  à  l’ULB,  assuré  la  présidence  des  Jeunes  FDF  
pendant  près  de  10  ans,  continuant  ainsi  le  travail  d’Isabelle  Molenberg,  Caroline  Persoons  et  
Olivier  Maingain.  

Licencié  en  Sciences  politiques  et  Bachelier  en  Droit,  Titulaire  de  deux  diplômes  de  3ème  cycle  
(un  DEA  en  sciences  politiques  à  l’ULB  et  un  DES  en  Analyse  de  la  Construction  Européenne  à  
l’UCL-­?St-­?Louis),  je  suis  actuellement  chef  de  groupe  FDF  au  Parlement  bruxellois  et  chef  de  
groupe  au  conseil  communal  d’Uccle.  

Candidat  à  la  présidence  il  y  a  2  ans  face  à  Olivier  Maingain,  je  voulais  montrer  que  le  parti  
pouvait  compter  sur  notre  génération  pour  continuer  à  porter  le  flambeau. 
Je  voulais  contribuer  à  faire  des  FDF  le  parti  des  Wallons  et  des  Bruxellois  qui  veulent  cet  autre  possible.  
Vous  êtes  24%  à  m’avoir  accordé  votre  con[iance  et  je  vous  remercie  pour  cette  confiance.  
 
En  deux  ans,  nous  avons  rendu  les  Fédéralistes  indispensables  à  la  Région  bruxelloise.  
Demain,  je  veux  nous  rendre  incontournables.  Je  ne  veux  plus  qu’on  se  satisfasse  d’être  la  
deuxième  ou  troisième  roue  du  carrosse  bruxellois,  je  souhaite  que  nous  soyons  le  moteur  de  
celui-­?ci.  Je  crois  que  le  temps  est  venu  de  renvoyer  dos-­?à-­?dos  les  deux  frères  ennemis  PS  et  MR  
et  de  proposer  une  alternative  crédible,  proposer  une  troisième  voie  capable  de  sortir  
Bruxelles  du  fédéralisme  de  soumission  qu’on  nous  a  trop  souvent  vendu.  


Aujourd’hui,  chef  de  groupe  à  la  Région,  je  mesure  combien  il  est  important  de  continuer  à  
porter  ce  même  message  d’engagement  auprès  de  nos  militants  mais  aussi  dans  la  société   civile.  

Je  veux  faire  de  notre  parti,  un  parti  qui  comptera  demain,  capable  de  rassembler,  un  parti  
jeune,  ni  de  gauche,  ni  de  droite,  pas  à  côté  des  partis  traditionnels  mais  bien  au-­?dessus  de  
ceux-­?ci.  Un  parti  radical,  libéral  et  social,  un  parti  de  l’équité  et  de  la  responsabilité  dépassant  
les  conservatismes  actuels. 

Notre  parti  peut  porter  ce  renouveau.  Contrairement  aux  autres  partis  traditionnels,  nous  ne  cherchons  pas  le  pouvoir  pour  le  pouvoir  car  cela  ne  mène  qu’à  la   résignation  et  à  la  renonciation.  

Je  souhaite,  à  côté  du  Président  national,  à  côté  de  nos  ministres  régionaux,  à  côté  de  nos  
bourgmestres,  créer  ce  lien  permanent  entre  nos  élus  communaux  et  CPAS. 

Avec  nos  militants  qui  s’investissent  dans  les  communes  dans  l’associatif,  je  veux  porter  notre  message  et  
rajeunir  nos  cadres.

 

Je  veux  surtout  réussir  le  dé[i  bruxellois.  Car  Bruxelles  reste  menacée  par  ceux  qui  nous maintiennent  sous  perfusion. 
Dans  moins  de  10  ans,  nous  perdrons  toutes  les  solidarités  et   autres  re[inancements  qu’on  nous  a  donnés  en  échange  de  la  scission  de  BHV.  Nous  devons   utiliser  la  6ème  Réforme  de  l’Etat  pour  créer  les  conditions  de  notre  réussite,  en  arrivant  à  
offrir  à  nos  jeunes  un  avenir,  à  permettre  à  celles  et  ceux  qui  veulent  rester  vivre  dans  la   Capitale  de  pouvoir  le  faire.  


Je  veux  en finir  avec  l’exode  urbain  de  la  classe  moyenne  en  faisant  passer  Bruxelles  de  8  à   10%  du  PIB  national,  en  forçant  nos  administrations  et  en  incitant  nos  entreprises  et   commerçants  à  engager  nos  voisins  bruxellois  a[in  que  Bruxelles  ne  soit  plus  cette  ville  duale   rongée  par  le  chômage  jusque  dans  ses  artères  les  plus  profondes.  Je  veux  qu’on  réussisse  
ensemble  le  défi  de  la  mixité  sociale  et  du  logement  pour  tous.    

Il  est  temps  de  passer  à  la  vitesse  supérieure  et  de  se  retrousser  les  manches.  Il  est  temps  de  ne  compter  que  sur  nous-­?mêmes,  de  construire  une  Ville,  une  Région,  libre  et  autonome, fière   et  forte,  offrant  à  chacun  les  conditions  de  sa  réalisation  et  de  celle  des  siens.  

    
Une  élection  présidentielle  est  un  moment  de  vérité  et  de  démocratie  dans  un  parti.  Je  suis fier   d’appartenir  à  un  parti  politique où  ce  débat  interne  est  possible.  Je  monte  au  front,  les  idées  à  la  main  et  la  jeunesse  en  bandoulière  pour  montrer  que  chez  nous,  il  y  a  une  liberté  de  parole   et  de  conviction,  et  un  respect  de  l’électeur.  Je  veux  qu’à  travers  ma  candidature,  le  parti  puisse   porter  ce  message,  rassembler  toutes  celles  et  tous  ceux  qui  pensent  qu’on  peut  encore  croire   en  la  politique,  qu’on  peut  porter  l’espérance  des  Bruxellois.  C’est  notre  plus  beau  combat   parce  qu’il  est  sans  doute  le  plus  difficile.  

 

 
Emmanuel  De  Bock
Député  bruxellois
Conseiller  communal
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
8,  Vieux  Chemin  
1180  Bruxelles  
0497/59.99.42.