Vous avez le pouvoir

Sauvons la gare d’Uccle-Calevoet !

Non à la Fermeture du Bois!

Retrouvez-moi sur Facebook

Revue de presse

Recherche

defi

Les FDF sont plus libéraux que les individualistes de droite et plus sociaux que les collectivistes de gauche

Le Congrès des FDF, qui se tiendra ce dimanche 28 avril 2013 au Centre culturel de Woluwe-St-Pierre, mettra en évidence le concept du libéralisme social. « Rien à voir avec le MR qui est de moins en moins libéral et de moins en moins social » a précisé le président Maingain au quotidien Le Soir, dans une interview publiée ce jeudi.

« Le MR a fait le choix du conservatisme de droite. Alain Destexhe brosse les chaussures de la N-VA, Richard Miller signe une mauvaise résolution sur les relations avec une communauté religieuse, ce parti n’a plus de boussole idéologique. Les FDF sont plus libéraux que les individualistes de droite et plus sociaux que les collectivistes de gauche. »

Un mot sur l’action du gouvernement fédéral « C’est le gouvernement de l’impuissance, incapable de faire les choix des fondamentaux car des forces contraires s’y annihilent. »

Que souhaitent les FDF en matière de sécurité sociale : « Elle doit être fondée sur les revenus du travail » répond Olivier Maingain « mais nous prônons l’élargissement du financement à toutes les catégories de revenus, du capital notamment, via l’impôt ou une cotisation sociale généralisée. »

Et l’indexation ? « Il faut poursuivre le principe de l’indexation complète pour les bas et les moyens salaires jusqu’à environ 3.500 € bruts, au-delà plus d’indexation. C’est juste socialement et économiquement cela nous permettra de rester compétitifs. »

Les pensions font aussi partie des préoccupations de beaucoup de nos citoyens ? « Exact, » poursuit le président amarante « nous proposons un système proche de celui des Pays-Bas.

Un régime unique de retraites avec deux pôles : un système de répartition, lié aux contributions de la sécurité sociale, garantissant un revenu de retraite décent, plus l’obligation légale d’un système de capitalisation collective sous contrôle public de l’affectation des fonds de pensions pour éviter des investissements catastrophiques. Et ces fonds de pension seront voués au soutien de l’économie et au désendettement de l’Etat. »