Vous avez le pouvoir

Sauvons la gare d’Uccle-Calevoet !

Non à la Fermeture du Bois!

Retrouvez-moi sur Facebook

Revue de presse

Recherche

defi

Le rapatriement futur à Uccle du quartier Vivier d’Oie - Vert Chasseur - Clairière

Et si on ramenait à Uccle le Vivier d'Oie à Uccle, Vert Chasseur et Clairière ?
vertchasseur
On parle de bonne gouvernance mais tout un quartier d'Uccle se retrouve coincé territorialement sur 1000 Bruxelles... et les habitants de ce quartier doivent chercher leurs papiers à Bruxelles-Ville, ne dispose pas d’une police de proximité, voient leur courrier et livraisons pas toujours arriver vu le code postal 1000 Bruxelles. On y paie quasi 10% d'impôts fonciers de + qu’à Uccle (Les centimes additionnels au précompte immobilier : 2950 à Bruxelles-Ville mais 2700 à uccle) sans bénéficier des infrastructures de la Ville et alors que ces personnes sont en quelque sorte enclavées dans Uccle où ils fréquentent commerces, écoles, centre culture, infrastructures sportives, etc…
Les rues concernées : Avenue de la Clairière, Vivier d’Oie, Champ du Vert Chasseur…
La bonne gouvernance, à l’heure où certains veulent fusionner les communes, c’est avant tout gommer certaines incohérences territoriales.
Ces habitants sont des oubliés de la Ville de Bruxelles, ils doivent aller chercher papiers, passeports au Centre-Ville alors qu’ils ont leur vie sociale à Uccle…
Pire certains ne peuvent pas se présenter aux élections à Uccle…. Car ils sont domiciliés à 1000  Bruxelles.
C’est un non sens total… découlant d’un découpage néo-colonial datant de Léopold II qui désirait ne pas quitter la Ville de Bruxelles depuis son Palais jusqu’au Bois de la Cambre.
Le chemin est encore long avant de voir ces rues restituées à Uccle. Mais il me semble intéressant de lancer ce débat.
manuplan
Vu que le changement de limites territoriales ne peut se faire sans une autonomie constitutive, ou une loi, il me semble opportun de lancer dès maintenant avec la Ville de Bruxelles un dialogue concernant le rapatriement à Uccle de ces quelques 80 familles. Il ne s’agit pas d’imposer quoi que ce soit aux habitants de ce quartier, mais bien de leur poser la question du choix d’appartenir à la Ville de Bruxelles ou à la commune d’Uccle. Et au cas où Uccle accepterait de reprendre ces 3 rues et les obligations qui en résultent, d’engager et négocier avec la Ville de Bruxelles le rapatriement à Uccle de ces 3 rues qui constituent, vu leur éloignement du centre ville, une vraie charge pour la Ville de Bruxelles. Cela permettrait à ces braves habitants de retrouver naturellement la commune d’Uccle à laquelle ils se sentent réellement attachés.